Tout sur le Nexavar et le Sutent et autres Traitements

Traitements du cancer du rein métastasé ,du cancer du foie , et d'autres cancers aussi
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 présentation

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
nathalie



Féminin
Nombre de messages : 76
Age : 48
Localisation : région centre
Date d'inscription : 12/09/2006

MessageSujet: présentation   Mar 20 Fév - 20:57

Bonjour,
Je suis venue sur ce forum il y a déjà quelques mois car j'ai été opérée d'un cancer du rein (10cm) en mars 2006. A l'époque, il semblait localisé mais une échographie réalisée en septembre a montré que les nodules présents dans le foie que les radiologues prenaient pour des angiomes (malgrè mes intérogations) avaient plus que doublé de volume et j'ai donc été opérée de deux métastases du foie fin octobre. Je suis suivie à l'IGR et pour le moment je n'ai pas de traitement adjuvant. Selon l'IRM de controle passée au début du mois on ne voit que les cicatrices des nodules (j'ai été opérée par radiofréquence) et je dois passer un scanner du thorax et de l'abdomen le 1er février. Est-ce qu'il y a des personnes qui ont eu des métastases hépatiques ? Ce qui est angoissant c'est de ne pas avoir de traitement qui pourrait empêcher que de nouvelles métastases s'installent. Je sais qu'il y a une étude qui vient de débuter quant à l'intéret d'un traitement avant l'installation de métastases mais je ne peux pas faire partie du protocole car j'ai été opérée l'année dernière. Pour le moment j'ai des troubles digestifs qui me fatiguent beaucoup et mon médecin n'a pas trouvé l'origine de ces problèmes si bien que jen'ai pas encore repris le travail. En attendant je passe un peu de temps sur internet pour surveiller les nouveaux traitements et aussi pour me documentater sur l'importance de l'alimentation dans la prévention et la guérison des cancers. Voilà pour ce premier message.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
m.chantal

avatar

Féminin
Nombre de messages : 116
Age : 58
Localisation : 06
Date d'inscription : 26/06/2006

MessageSujet: Re: présentation   Mer 21 Fév - 19:45

Bonsoir Nathalie,
Mon mari a des métastases pulmonaires et on lui a parlé de radiofréquence,pouvez vous m'en dire plus sur cette intervention?Quant au traitement,sutent ou nexavar si vous n'avez plus de métastases est ce utile de le prendre?Que vous dit votre oncologue?
merci de bien vouloir me répondre.
Chantal
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
nathalie



Féminin
Nombre de messages : 76
Age : 48
Localisation : région centre
Date d'inscription : 12/09/2006

MessageSujet: Re: présentation   Mer 21 Fév - 20:25

Bonsoir M. Chantal,
Merci pour votre réponse. J'ai été opérée à l'IGR de deux métastases situées dans le foie par radiofréquence. C'est une intervention qui se fait grâce à une électrode qui est plantée au centre de la tumeur et qui détruit par la chaleur les tissus en émettant des micro-ondes. La taille de la tumeur doit être au maximum de trois à 3,5 centimètres pour que la technique réussise au mieux. J'avais un nodule de 3 cm et un autre de 0.75 cm. Cette technique est également utilisée pour les métastases pulmonaires et je crois qu'elle est étudiée pour la destruction de petits nodules dans le rein. En général les électrodes sont posées par voir transcutanée avec un répérage grâce à l'échographie et parfois une anesthésie l'ocale peut suffire et l'intervention peut ne durer que 15 minutes. Mais quand les nodules sont d'un accès difficile, il faut en même temps réaliser une intervention chirurgicale pour pouvoir placer la sonde, ce fut le cas pour moi car les nodules étaient très haut placés dans le foie et les chirugiens sont passés par le thorax (voie trans-pleuro-diaphragmatique) en retirant 12 cm de côte et en traversant le diaphragme pour atteindre le foie. C'est pour cela que le post-opératoire a été douloureux avec une douleur très forte juste sous la pointe du sternum ainsi que des douleurs costales. Je suis restée hospitalisée seulement 5 jours mais heureusement que je n'étais pas seule à la maison car je ne pouvais rien faire à peine soulever un verre à cause de la douleur dans la région du diaphragme. Donc je pense que tout dépend de la localisation de la tumeur, le chirugien pourra vous dire la voie d'abord qu'il va utiliser pour votre mari. Si les métastases sont petites cette technique permet d'éviter une chirurgie plus lourde. Le suivi est effectué par l'IRM car comme les nodules ne sont pas retirés mais détruits ils restent visibles, du moins leurs cicatrices sont visivles pendant quelques temps et l'iRM permet de savoir s'il y a une récidive autour.

Effectivement mon oncologue (le professeur Escudier) me dit que pour le moment rien ne prouve que prendre du Nexavar permettrait d'empêcher l'installation de nouvelles métastases et que tant qu'on peut opérer ils préfèrent opérer et ne pas donner de traitements mais ce qui est angoissant c'est de se dire qu'on attend qu'une métastase devienne visible pour commencer à la traiter et malheureusement elles ne sont pas visibles tout de suite et le scanner de controle ne permet pas de tout controler. Et sachant que j'ai eu deux métastases rapidement après la première intervention j'ai peur d'en avoir à nouveau dans quelque temps Mais c'est vrai que cela évite d'avoir les effets secondaires d'un traitement et quand je regarde les messages sur ce forum je me rends compte qu'il y a des effets secondaires importants. Ce qui m'embête c'est que pour le moment j'ai des difficultés pour digérer et je n'arrive pas à reprendre du poids et n'étant déjà pas très grosse, je préfèrerai en reprendre assez rapidement. Je retroune à l'IGR le 1er mars pour deux scanners et je vais voir le chirurgien qui m'a opérée pour savoir si ces troubles peuvent être en rapport avec l'intervention. Voilà, j'ai été un peu bavarde, mais c'est bien de pouvoir en dicuter un peu; merci encore pour votre écoute. J'espère que votre mari n'angoissse pas au sujet de sa prochaine intervention. Est-ce qu'il est opéré à Villejuif ? A bientôt
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
laudine

avatar

Féminin
Nombre de messages : 219
Age : 51
Localisation : 77220
Date d'inscription : 17/05/2006

MessageSujet: radiofrequence   Mer 21 Fév - 20:26

mchantal, cette technique n'est qu'experimentale(a l'heure actuelle uniquement sur l'igr), et peu de personnes peuvent en beneficier, car tout depend d'une part de leur etat, etd 'autre part des metas qui sont encore en place.donc, s'il n'y a plus de metas, la radiofrequence ne s'applique pas?Par contre elle est utilisée surtout pour le foie et les poumons, a condition que les metas soient"bien placées", et peu nombreuses;
ci joint un article:






Radiofréquence
[email]Bruno Bour[/email] d'après Franck Carbonnel Act. Méd. Int. - Gastroentérologie 2000
Mis en ligne le 8 novembre 2000 par [email]Bruno Bour MD[/email] Maîtres Toiles

















La radiofréquence est une méthode de destruction des tissus généré par un courant sinusoïdal d'une fréquence de 400 à 500 kHz.Le principe est voisin de celui du microondes.
En pratique, on place une électrode au centre de la lésion à détruire le tissu mis en contact avec le courant délivré s'échauffe et, au-dessus de 60°C, il se produit une altération cellulaire irréversible. Le refroidissement de l'aiguille est assuré par du sérum froid. Cet artifice permet de maintenir la température du tissu entre 60 et 100°C ; au-dessus de 100°C, la résistance du tissu augmente et s'oppose à la diffusion de la chaleur dans la lésion. Les aiguilles tripodes permettent d'augmenter la taille de la lésion à détruire.
La radiofréquence est appliquée depuis plusieurs années en cardiologie, en orthopédie ou en neurologie. Plus récemment, elle a été proposée par voie percutanée ou coelioscopique dans le traitement des cancers du foie primitifs ou secondaires. Elle permet de traiter des tumeurs de 10 à 30 mm de diamètre (mais l'aiguille tripode permet de traiter des lésions plus volumineuses). Les premiers résultats des premières études ouvertes sont prometteurs (Livraghi Radiology 1999): destruction de la lésion hépatique dans la quasitotalité des cas. Récidive tumorale locale après radiofréquence 3/169 tumeurs traitées, après un suivi médian de 15 mois. Nouvelles localisations tumorales (pour la plupart hépatiques) chez 28 % des malades. Le taux de complication est faible (2,4 % dans la série la plus importante), mais des brûlures cutanées, des abcès du foie et des hémorragies au point de ponction ont été rapportées. II faut souligner que ces bons résultats émanent d'un centre très entraîné à la technique.
Des études contrôlées sont maintenant nécessaires pour évaluer l'intérêt de la radiofréquence comparativement, et en association avec la chirurgie et la chimiothérapie.
Références
0 Curley S.A., Izzo E, Delrio P., et coll. Radiofrequency ablation of unresectable primary and metastatic hepatic malignancies. [Abstract Medline PubMed] Ann Surg 1999 ; 230 : 1-8.
0 De Baere T., Elias D., Ducreux M., et coll. Ablathermie percutanée des métastases hépatiques par radiofréquence. [Abstract Medline PubMed] Gastroenterol Clin Biol 1999 ; 23 : 1128-33.
0 Livraghi T., Goldberg S.N., Lazzaroni S. et coll. Small hepatocellular carcinoma : treatment with radiofrequency ablation versus ethanol injection. [Full text] Radiology 1999 ; 210 : 655-661.
[email][/email]
[Nouveautés] [Lignes directrices] [Périodiques] [Spécialités] [Médecin] [Etudiant] [FMC] [Images] [Informatique] [Patient] [Associations] [Bibliothèque]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
alex86



Féminin
Nombre de messages : 35
Age : 45
Localisation : vienne 86
Date d'inscription : 09/11/2006

MessageSujet: Re: présentation   Mer 21 Fév - 21:11

bonsoir
j'ai lu avec interêt vos messages car maman a des métastases au foie. cette technique est pleine d'espoir. je constate que les références de ton article date de 1999 ou 2000.
ne peut-on espérer que cette technique ne se soit améliorée?
je n'avais pas relevé ce terme mais il nme semble que c'eest ce dont bénéficie B. giraudeau, non?

est-ce le seul article sur ce sujet que tu as trouvé???

qui a parlé de cette technique avec son oncologue?

merci d'avance
bonsoir
alexandra
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
nathalie



Féminin
Nombre de messages : 76
Age : 48
Localisation : région centre
Date d'inscription : 12/09/2006

MessageSujet: Re: présentation   Mer 21 Fév - 21:42

Voici d'autres infosd obtenus sur le site de l'IGR :

Les traitements par radiofréquence.
Il s'agit d'un traitement physique délivrant, grâce à des aiguilles adaptées, des ondes de radiofréquence au cœur des tumeurs ou des métastases. La radiofréquence augmente la température locale à un niveau incompatible avec la survie des cellules tumorales. Validé dans le traitement de tumeurs hépatiques primitives et secondaires, cette approche est actuellement en cours d'étude dans le traitement de tumeurs pulmonaires et hépatiques ( Dr Thierry de BAERE), de tumeurs osseuses, de tumeurs rénales ( Dr Bernard ESCUDIER) et de tumeurs du sein ( Dr Roman ROUZIER).Les traitements par radiofréquence.
Il s'agit d'un traitement physique délivrant, grâce à des aiguilles adaptées, des ondes de radiofréquence au cœur des tumeurs ou des métastases. La radiofréquence augmente la température locale à un niveau incompatible avec la survie des cellules tumorales. Validé dans le traitement de tumeurs hépatiques primitives et secondaires, cette approche est actuellement en cours d'étude dans le traitement de tumeurs pulmonaires et hépatiques ( Dr Thierry de BAERE), de tumeurs osseuses, de tumeurs rénales ( Dr Bernard ESCUDIER) et de tumeurs du sein ( Dr Roman ROUZIER).

Tumeurs hépatiques et radiofréquence
Peu d’équipes au monde ont acquis l’expérience de l’Institut
Gustave-Roussy en matière de destruction percutanée des
tumeurs hépatiques par les techniques de radiofréquence.
Cette technique constitue un traitement local, moins invasif
que la chirurgie, qui élargit les indications chirurgicales.
La chirurgie d’exérèse demeure le seul traitement curatif,
mais est souvent contre-indiquée en raison soit de
l’importance tumorale (taille, nombre), soit du siège des
lésions tumorales (proximité des voies biliaires).
La technique de radiofréquence s’applique aux cancers
primitifs du foie et aux métastases hépatiques, quelle que
soit l’origine du cancer primitif. Ce traitement peut être
utilisé indifféremment sur foie natif ou sur foie résiduel après
hépatectomie.
La radiofréquence est un procédé de destruction des tissus
par la chaleur. La méthode consiste à délivrer un courant
sinusoïdal de 500 kHz par le biais d’une électrode insérée
au sein d’une tumeur solide sous contrôle
échographique ou tomodensitométrique. En circulant
dans les tissus, le courant de radiofréquence crée une agitation
ionique qui provoque un échauffement des tissus. Au-dessus
de 60 °C, toutes les cellules meurent instantanément.
Actuellement, la technique permet de détruire une tumeur
de 3,5 cm de diamètre au maximum. Outre la taille, la situation
de la lésion est un facteur important. Ainsi, la technique
perd de son efficacité si la lésion est située à proximité ou
au contact d’un gros vaisseau. Le flux sanguin est responsable
d’une déperdition calorifique et réduit l’efficacité de la
destruction tumorale. Afin de surmonter ces limites, les
radiologues du département ont évalué chez le porc l’intérêt
de recourir à une occlusion vasculaire temporaire afin
d’accroître de manière significative la taille des lésions
thermiques accessibles à la radiofréquence. L’étude montre
que l’occlusion vasculaire présente un grand intérêt mais
expose à un risque de lésion au niveau du système porte et
biliaire14. Une étude clinique préliminaire sur 10 patients
montre que l’occlusion veineuse sus-hépatique combinée à
la radiofréquence permet de faire une ablation de tumeurs
hépatiques de grande taille (supérieure à 3,5 cm) ou situées
à proximité d’un gros vaisseau15.
L’expérience montre, avec un recul de quatre ans, que la
technique permet globalement un contrôle local efficace.
Cependant, elle dépend étroitement de la taille : 100 % de
succès pour les lésions inférieures à 2 cm, 80 % entre 2 et
3 cm et 60 % au-delà de 3 cm, mais aussi de l’expérience
des opérateurs qui effectuent le guidage de l’aiguille dans
la tumeur. L’équipe de l’Institut rapporte l’éradication chez
68 patients de 91 % des 100 métastases traitées par
radiofréquence avec un suivi moyen d’une année. Que
l’ablation par radiofréquence ait été effectuée en percutanée
ou au cours d’une hépatectomie partielle, le contrôle tumoral
a été le même16. Dans une autre étude portant sur le traitement
des récidives tumorales après hépatectomie, les cliniciens
de l’Institut montrent l’innocuité de la technique et son
efficacité équivalente à un deuxième recours à une
hépatectomie. La thermo-ablation doit être préférée à
l’hépatectomie répétée qui, jusqu’à présent, constitue le
traitement de référence de telles récidives17.
Même si le recul est insuffisant pour apprécier le bénéfice
en terme de survie, la radiofréquence percutanée est en train
de transformer profondément la prise en charge des petites
tumeurs hépatiques comme en témoigne le titre d’un article
signé par Dominique Elias « Avis de tempête sur la chirurgie
hépatique »18.
Une étude multicentrique (2002-2004), coordonnée par
Thierry de Baere du service de radiologie interventionnelle
de l’Institut Gustave-Roussy et financée dans le cadre d’un
GERTEC, a pour objectif de comparer la chirurgie
conventionnelle à l’ablation par radiofréquence des petites
tumeurs du foie. L’évaluation porte sur l’efficacité, la qualité
de vie et le coût.
D’autres indications de la radiofréquence sont à l’étude. Des
séries limitées de l’Institut Gustave-Roussy suggèrent le
grand intérêt de la radiofréquence dans le traitement de
petites tumeurs rénales19 ou encore de certaines tumeurs
osseuses20. En 2003, une étude multicentrique de phase II
ayant pour thème « la destruction par radiofréquence des
tumeurs pulmonaires » a été lancée. Cette étude, pour laquelle
l’Institut Gustave-Roussy est promoteur et Thierry de Baere
investigateur principal, est conduite en collaboration avec
J. Palussière (Institut Bergognié, Bordeaux). La technique est
bien tolérée et l’efficacité semble prometteuse21. L’avis de
tempête pourrait bien concerner d’autres territoires que la
seule région hépatique… ■

Et un site qui donne des explications aux patients devant se faire opérer par cette technique :
http://www.radiologyinfo.ca/default.aspx?page=60

Cette technique est donc encore plus performante qu'en 1999 et semble très prometteuse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
m.chantal

avatar

Féminin
Nombre de messages : 116
Age : 58
Localisation : 06
Date d'inscription : 26/06/2006

MessageSujet: Re: présentation   Jeu 22 Fév - 19:44

Merci beaucoup Nathalie et Laudine pour vos précieux renseignements.
Le dossier de Jack est parti pour Gustave Roussy la semaine dernière et nous sommes dans l'attente de la réponse.Il semblerait que le cas de mon mari rentrerait dans les critères,en effet il lui reste quatres métastases dont la plus grosse de 3,5cm réparties sur les deux poumons.
En attendant l'oncologue l 'a remit sous sutent à 50 mg.....il était content d'être "qu'à 37,5mg"mais le revoilà parti pour un cycle difficile...Prochain scan le 29 mars...Déjà 7 mois qu'il est sous ce traitement.
En attendant nous partons demain pour quinze jours à la montagne.A nous les joies du grand air,qui j'espère ,auront les mêmes effets sur Jack qu'à Noel...(On arrivait à en oublier cette cocho.....de maladie).
Ce qui me manquera c'est que je n'ai pas internet et ne pourrai pas avoir de vos nouvelles.Je vous souhaite à tous et à toutes une bonne quinzaine et à très bientôt...
Chantal
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: présentation   

Revenir en haut Aller en bas
 
présentation
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Critère représentation individus [ACP]
» Art pariétal et représentation astronomique.
» La Présentation de Jésus au Temple, Saint Théophane Vénard, commentaire du jour "Syméon prit l'enfant..."
» Ma présentation
» Policopié des 6 variables de la représentation cartographique

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Tout sur le Nexavar et le Sutent et autres Traitements :: Forum de discussion :: PRESENTATION-
Sauter vers: