Tout sur le Nexavar et le Sutent et autres Traitements

Traitements du cancer du rein métastasé ,du cancer du foie , et d'autres cancers aussi
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Témoignage 9 ans 11 mois 12 jours et toujours cette épée

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
CHRIJO



Nombre de messages : 141
Date d'inscription : 27/10/2006

MessageSujet: Témoignage 9 ans 11 mois 12 jours et toujours cette épée    Dim 16 Nov - 14:59

Ce forum est devenu tellement silencieux et tellement pesant . Réveillez vous ! Donnez de vos nouvelles.
Nous devons bien ça à la mémoire de nos chères disparus.

Toute mon amitié
Joël  

Mon cancer du rein : témoignage (9 ans 11 mois 12 jours )

http://joelgau1954.unblog.fr/






“Parler à un sourd, c’est déranger l’une de nos activités volontaires la plus automatiques : le langage. Notre organisme supporte mal cette agression. C’est pourquoi, quel que soit notre gentillesse, inconsciemment, nous n’aimons pas les sourds, car ils perturbent en nous quelque chose de très profond”  -Claude Henri Chouard-

“Je suis tellement heureux lorsque je me promène dans les bois, parmi les arbres, les fleurs et les rochers. Personne n’aime la campagne autant que moi. Ici, la surdité ne me préoccupe plus.” -Ludwig Van Beethoven-

Le dimanche matin ressembla très pour trait à la journée du samedi, avec peut-être un chouia de fatigue en moins. Il est vrai qu’avec pas loin de 36 heures de sommeil, mon organisme avait eu le temps de se régénérer.
Pourtant comme tous les jours à l’heure du petit déjeuner, mes mouvements à la marche étaient déséquilibrés, à l’instar d’un comportement de personne en état d’ivresse. Mon acuité auditive déficiente du moment en était certainement la cause, mais j’en n’avais pas la confirmation.
Mes tympans étaient fragiles, au point que je ressentais,  une violente douleur à chaque fois qu’un bruit très agressif transperçait subitement mon silence.
Sans que j’en aille la preuve, le panel de médicaments que j’ingurgitais à longueur de temps, pouvaient être responsable de certains problèmes de concentration, et parfois même de mémoire.
Ma chimiothérapie avait affecté considérablement mon appétit, mais pas simplement car elle dénaturait intensément le goût de la nourriture. Désormais me mettre à table ne me procurait que du déplaisir. Autre phénomène et pas les moindres, j’étais devenu hypersensible aux odeurs, celles de cuisine avaient le don particulier  de m’occasionner des nausées.    
J’étais condamné à rester toute la journée dans mes pantoufles, aussi à l’inverse de ma famille qui s’activait ardemment autour de moi à préparer le pique-nique du midi, j’exécutais chacun de mes  mouvements lentement et prudemment, à la manière d’un ai accroché sur sa branche.
Pas plus que la veille, je n’avais envie de passer sous la douche, pourtant mes sous-vêtements collaient inconfortablement à ma peau, j’avais l’impression de macérer dans ma transpiration, il fallait impérativement que je fasse preuve de courage, chaque geste me coûtant cependant le peu d’énergie dont je disposais encore.
La volonté est toujours récompensée, car débarrassé de mes impuretés, je me sentis renaître à la vie, comme si l’eau et le savon avaient gommé cette sensation de lourdeur physique si désagréablement ressenti au réveil.
Je n’étais pourtant pas totalement débarrassé de mon état fébrile, les antibiotiques commençaient à faire leurs effets mais il n’était pas question pour autant de reprendre une activité physique ‘’normale’’, compte-tenu d’une tension artérielle toujours anormalement basse.  
Une fois de plus mon lit semblait être le refuge idéale pour parer au mieux à tous mes maux, cependant différemment de la veille, je ne trouvai à aucun moment de la matinée le sommeil.
Ma surdité était comme un emprisonnement solitaire, mais la présence de mes proches rendait mon handicap relativement supportable, pourtant il fallut accepter l’instant où Chantal et ma fille allaient me quitter pour participer à cette cousinade organisée comme tous les ans, à la même époque.
A présent je m’imaginais interné dans un cachot enterré de vingt mètres sous le sol, sans lumière et sans même la présence d’un geôlier. Etrange sensation difficile à expliquer à une très grosse majorité de gens qui ne connaissaient pas, ou qui n’avaient jamais connu l’expérience, aussi je me gardai bien de faire part de mon état d’âme lorsque j’aperçus penché au-dessus de mon lit le visage de mon fils cadet mandaté par sa mère pour me surveiller.
Calvaire parmi les calvaires, il fallait faire honneur à un déjeuner que je me sentais incapable d’avaler, je renonçai donc  à me faire violence, mais plutôt que d’opter pour une autre solution de facilité, c’est-à-dire retourné me coucher,  j’entrepris de m’installer devant mon ordinateur. L’envie soudain de reprendre l’écriture était un signe encourageant, il fallait cultiver ce regain de courage, avant que la plante ne dépérisse à nouveau.
La grande aiguille de la pendule avait eu le temps de faire deux fois le tour du cadran, lorsque Romain m’annonça qu’il venait de recevoir un SMS de sa mère. Elle me proposait de venir me chercher pour terminer la journée avec les cousins.
Je n’obéis point à ma sagesse qui me conseillait de dire non, aussi moins d’une demi-heure plus tard j’étais habillé, prêt à grimper dans la voiture.
Moi qui aime avant tout la discrétion, je fus plutôt gêné de voir les yeux des convives braqués sur moi.
Le langage des uns ou des autres, n’était rien d’autre  que du charabia, aussi comme j’étais incapable de communiquer, beaucoup de mes interlocuteurs abandonnèrent l’effort de se faire comprendre. Je fus donc mis très vite en quarantaine. Heureusement ma fille s’étant installée à côté de moi, tenta régulièrement de briser mon isolement, en me rapportant haut et fort dans l’oreille la mieux réceptive, un bref résumé des conversations.  
Je ne dérogeais pas aux habitudes et acceptai de faire la balade longue de quelques kilomètres, seul au milieu de tout le monde, usant de ma volonté jusqu’à plus soif.
Une petite pause fut la bienvenue lorsque nous passâmes à la salle de sport assister partiellement au match de basket-ball de mon fils aîné, puis nous rejoignirent la cousinade. Mon fauteuil n’attendait plus que moi, pour que je m’écroule d’épuisement.
J’étais plutôt satisfait d’avoir obstinément résisté au malin et  d’avoir si vaillamment défié mon extrême faiblesse. Depuis que le destin m’avait chargé les épaules du poids considérable que représente un cancer, je n’avais de cesse de narguer  l’adversité. Dévorer la vie avant que ce soit la mort qui me dévore, voilà qui apportait du grain à moudre à mon moulin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Pecheur



Masculin
Nombre de messages : 118
Age : 67
Localisation : Rhone
Date d'inscription : 09/01/2012

MessageSujet: Re: Témoignage 9 ans 11 mois 12 jours et toujours cette épée    Lun 17 Nov - 10:06

Bonjour Joël.

Prépare le gâteau pour tes dix ans de galère avec de l'appétit j'espère.

En janvier je fête si on peut le dire les quatre ans de découverte de mon cancer.  Mad  

Je suis comme toi je pense que le forum actuellement s’endort, chacun essaye de lutter à sa manière contre cette maladie qui nous pourri la vie.L'humour de Bernard nous fait défaut et souvent je pense à lui et à tous les autres

Aujourd'hui je sort d'une infection urinaire, j'étais sous antibiotique, j'ai donc du reculer la reprise du sutent. demain la prise de sang rendra son verdict si je peut reprendre le traitement mais je me sent nettement mieux "je viens de retourner mon jardin pour l'hiver".

Amitiés à tous. flower

Jean-pierre
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Témoignage 9 ans 11 mois 12 jours et toujours cette épée    Mar 18 Nov - 15:01

Bonjour à tous

Après huit ans de SUTENT, je suis allez voir mon oncologue hier, est les métastases et ganglions non pas bougés.

Alors on continue le traitement.

C'est toujours ça de pris.

Amicalement.

GERARD dit PAPOUNET24
Revenir en haut Aller en bas
CHRIJO



Nombre de messages : 141
Date d'inscription : 27/10/2006

MessageSujet: Nouvelle mollécule pour moi le Votrient    Mer 19 Nov - 13:46

En février 2008, j’ai entrepris d’écrire mes mémoires, ou plus exactement mon témoignage de malade atteint d’un cancer du rein, je ne savais pas à ce moment-là, que ma plume allait remplir 437 pages de format 21 x 29,7, et que mon texte se composerait en moyenne de 244720 mots.

Depuis lors, au top 10 du hit-parade, anéantissement, dévastation, ruine, appréhension, peur, terreur, frayeur, stress, tétanie, furent des termes de vocabulaire, largement utilisés.

Effectivement rien de pire que de vivre dans l’incertitude, des résultats d’un scanner qui suivant les constatations des médecins sera soit votre condamnation, soit au contraire votre espoir de pouvoir croquer pour quelques temps encore, la vie à pleines dents.

Cet après-midi de mardi 18 novembre, était pour moi, un de ces vilains moments que l’on aime chasser au plus vite de sa mémoire.

La langue française est riche en expressions surtout lorsqu’il s’agit d’exprimer son soulagement, mais bien au-delà de ce mot si apaisant à prononcer, je ne peux que remercier le destin de m’accorder encore une fois *, la joie de pouvoir fêter sereinement Noël en famille. sunny



49ème scanner identique au précédent, c’est-à-dire stabilisation de la maladie, ouf ouf ouf ! Very Happy





Mes amitiés à tous, Joël lol!



*(la 11ème depuis que le malin eut la mauvaise idée de me sélectionner parmi ses malades) santa



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Témoignage 9 ans 11 mois 12 jours et toujours cette épée    Aujourd'hui à 7:47

Revenir en haut Aller en bas
 
Témoignage 9 ans 11 mois 12 jours et toujours cette épée
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» bebe de 5 mois ne fait toujours pas ses nuits
» bébé de 8 mois ne fait toujours pas ses nuits
» Fin du 3ème mois de grossesse : toujours des nausées
» Mon bébé de 9 mois ne fait toujours pas ses nuits
» Trois ans, trois mois, trois jours avec soi

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Tout sur le Nexavar et le Sutent et autres Traitements :: Forum de discussion :: DIVERS-
Sauter vers: