Tout sur le Nexavar et le Sutent et autres Traitements

Traitements du cancer du rein métastasé ,du cancer du foie , et d'autres cancers aussi
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 18 janvier 1981 - 18 janvier 2013

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
CHRIJO



Nombre de messages : 141
Date d'inscription : 27/10/2006

MessageSujet: 18 janvier 1981 - 18 janvier 2013   Lun 20 Mai - 15:21

L’année s’achevait alors qu’aucune amélioration ne se dessinait, du côté de l’emploi des jeunes, que la France s’apprêtait à rentrer en guerre au Mali, et que la plupart des citoyens s’interrogeaient sur la capacité de la gauche à nous sortir du marasme ambiant. Les conseillers psychologiques encourageaient les malades à se protéger contre des infos beaucoup trop souvent négatives, et ils avaient bien raison de nous avertir du danger, car durant mes deux jours d’hospitalisation j’avais eu un large panel, frisant l’overdose, de toutes ces noirceurs, qu’il valait mieux essayer de ne pas écouter, au risque de tomber totalement dans la déprime.

L'Etre humain est de plus en plus fermé, replié sur lui-même. Pour trouver l'équilibre, il doit réapprendre à regarder autour de lui et à s'harmoniser avec la nature. En se coupant de la nature, on se coupe de soi-même. Faire de longues marches pieds nus sur le sable, toucher les arbres, les fleurs et autres merveilles de la nature, permet de reconstituer notre aura qui est notre protection psychique et spirituelle. Si vous ne pouvez le faire physiquement, utilisez la pensée. Vous pouvez vous projeter dans une forêt, et imaginer que vous captez l'énergie des arbres et en imprégnez votre aura et vos cellules.

Si la maladie me maintient prisonnier, la nature m’offre aussi souvent qu’il est possible de la faire, de grands et beaux moments de liberté. A l’époque de ma vie active, je passais le plus clair de mon temps renfermé dans un bureau, le cancer m’a permis de renouer avec cet univers qui constitue les plus belles pages de mes souvenirs d’enfance. Le milieu hospitalier, les opérations, les examens, les traitements, les diagnostics, sont comme une sorte de gaz carbonique qui vous étouffe au risque de vous éteindre comme la flamme d’une bougie. Le soleil, la pluie, le vent, le froid, le chaud, la senteur des bois, le bruit feutré aux abords des étangs, sont autant d’éléments qui ravivent la flamme, et stimulent les sens, ce qui vous permet alors de vous sentir de nouveau vivant, en vous donnant également en prime la chance d’observer le temps qui passe. C’est la raison aussi pour laquelle je suis si souvent attaché à décrire dans mon journal de bord, les conditions climatiques qui accompagnent tel ou tel moment de ma maladie, car elles conditionnent à cent pour cent ma qualité de vie, et participent amplement à ma tactique de combat contre le mal absolu.
Vendredi 18 janvier 2013, jour anniversaire d’un évènement qui compte parmi le plus important de celui de la vie d’un homme. Cette fois les réjouissances n’étaient pas de la même nature, que celles qui s’étaient déroulées 32 ans plus tôt. Mon emploi du temps étant conditionné par le rythme de mes cycles de chimio, mes visites chez les médecins, et mes examens en tous genres, il fallait prendre cette fois non pas la route qui menait à la maternité, mais celle qui allait me conduire au centre Gauducheau.
Justement bonhomme hiver, était en train de se faire suffisamment remarqué, pour que les conséquences de ses débordements méritent une bonne place dans mon journal de bord. Il avait neigé quelques heures dans la nuit, sur un sol déjà humide, puis la température avait continué de baisser. Rouler sur des chaussées glissantes n’étant pas notre spécialité, il fallait se demander s’il n’était pas judicieux d’annuler le rendez-vous, ou sinon faire appel à un ambulancier.
Pour le professionnel, je trouvais qu’il était un peu tard, et je n’avais pas très envie non plus de téléphoner au centre anticancéreux pour annuler un rendez-vous qui ne revêtait certes pas un caractère d’urgence, mais qui en n’était pas moins important pour moi, d’une part parce-que le résultat de mon petit séjour au CHU m’attendait, et d’autre part parce que j’étais sensé débuter mon 23ème cycle de chimio, le lundi suivant.
Dans notre quartier nous n’étions pas prioritaires pour le salage des rues, mais j’étais optimiste pour ce qui touchait les grands axes de circulation, aussi nous prîmes la décision de partir. Se sentir vivant lorsqu’il s’agissait comme dans ce cas, de conditions climatiques inhabituelles, c’était aussi prendre conscience du danger que la nature fait parfois courir à l’homme.

Extrait de '' Mon cancer du rein '' http://joelgau1954.unblog.fr/2013/05/20/18-janvier-1981-18-janvier-2013/



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
18 janvier 1981 - 18 janvier 2013
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Retour de la neige début janvier ?
» Mardi 18 Janvier 2011 : Textes de la messe de ce jour
» Grève le 26 janvier 2016
» Grandeur et misère du programme spatial américain
» Facture loi Dailly et autorisation du CA

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Tout sur le Nexavar et le Sutent et autres Traitements :: Forum de discussion :: DIVERS-
Sauter vers: