Tout sur le Nexavar et le Sutent et autres Traitements

Traitements du cancer du rein métastasé ,du cancer du foie , et d'autres cancers aussi
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Assurances maladie et diversités nationales...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Filouchet



Masculin
Nombre de messages : 240
Age : 58
Localisation : France-Ile de France-Montreuil
Date d'inscription : 12/04/2007

MessageSujet: Assurances maladie et diversités nationales...   Mar 10 Juil - 7:11

"Sicko": le capitalisme, un système malade et indécent

Eric Smith, Lundi, Juillet 9, 2007 - 11:21


Le nouveau film de Michael Moore, Sicko ("Malade" en version sous-titrée), vient de prendre l'affiche le 29 juin dernier, après des semaines pendant lesquelles le fameux réalisateur a su faire monter les attentes. Pendant que la présentation de son long métrage au Festival de Cannes le plaçait d'emblée sous les projecteurs, l'administration Bush et la droite conservatrice faisaient des pieds et des mains pour retarder, voire empêcher la sortie du film sous prétexte qu'en tournant certaines scènes à Cuba, Moore aurait contrevenu aux lois qui restreignent les voyages dans cet "État voyou" (selon les normes décrétées par l'impérialisme US).

Rest of the text:

Après avoir traité du phénomène de la violence (avec Bowling for Columbine) et des attentats du 11 septembre 2001 (Farenheit 9/11), le controversé réalisateur s'attaque maintenant à la question des soins de santé aux États-Unis, qu'il aborde toutefois de manière assez universelle en évoquant la contradiction, évidente et révoltante tout à la fois, entre le droit du peuple à la santé et le caractère privé de la propriété et de la gestion des services de santé dans ce pays qui se targue pourtant d'être le plus avancé au monde.
Michael Moore aurait pu s'attarder au problème des quelque 50 millions de citoyennes et citoyens qui ne bénéficient d'aucune couverture médicale, mais ce phénomène est assez connu; il a donc choisi de concentrer le tir sur les problèmes que rencontrent les autres, qui "bénéficient" (sic) d'une assurance privée. Il trouve quand même le moyen d'évoquer, au passage, la dure réalité de ceux et celles qui se trouvent au bas de l'échelle aux États-Unis, en montrant des images particulièrement révoltantes, tournées par une caméra de surveillance, d'une femme assez gravement blessée et visiblement fort mal en point et qui est littéralement jetée à la rue par un chauffeur de taxi, à qui les responsables d'un grand hôpital universitaire privé ont offert quelques dollars pour qu'il les "débarrasse" de cette patiente non désirée, parce que non assurée...
Le film présente des témoignages tout aussi choquants de victimes du système de santé privé aux États-Unis -- des citoyenNEs qui jouissent en principe d'une couverture médicale adéquate de la part de l'une ou l'autre des grandes compagnies d'assurance qui dominent ce lucratif marché, mais à qui l'accès aux soins de santé a été refusé en raison justement de la rapacité de ces mêmes compagnies.
Lorsqu'il a décidé de consacrer son prochain film à ce problème, Michael Moore a utilisé son immense notoriété pour lancer un appel, sur son site Web personnel, pour que les gens lui envoient le récit de leurs "histoires d'horreur" avec les compagnies d'assurance. En moins de 24 heures, il a ainsi reçu pas moins de 3 700 courriels... Une semaine plus tard, ce sont 25 000 personnes qui l'avaient contacté pour lui raconter leurs histoires. C'est à partir de ces "matériaux vivants" (dont certains sont toutefois décédés, entre-temps...) qu'il a constitué la trame de son film.
C'est ainsi que le cinéaste nous présente le témoignage d'un homme ayant perdu deux doigts suite à un accident, qui a dû choisir lequel des deux il allait se faire greffer... L'assureur ne couvrant pas tous les frais, la victime fut contrainte de payer de sa poche pour "récupérer" ses doigts: 60 000$ pour le majeur, 12 000$ pour l'annulaire! Tout bien considéré, l'homme a dû se résigner à choisir l'annulaire... Michael Moore nous présente aussi le cas d'un père de famille dans la jeune trentaine qui souffrait d'un cancer du rein et qui est décédé après que son assureur eut refusé d'autoriser les traitements pourtant recommandés par les médecins spécialistes qui jugeaient ses chances de survie élevées. Les assureurs semblent d'ailleurs particulièrement hostiles aux cas de jeunes malades qui souffrent du cancer, comme en témoigne celui d'une jeune femme dans la vingtaine à qui les traitements furent également refusés parce que selon son assureur, "il n'est pas normal qu'une personne aussi jeune et apparemment en bonne santé souffre du cancer; alors vraisemblablement, l'assurée souffrait déjà d'une condition médicale préalable, qu'elle a cachée à l'assureur".
Ces témoignages de victimes du système de santé privé aux États-Unis sont ensuite corroborés par une femme médecin et un enquêteur ayant été à l'emploi de compagnies d'assurance et qui ont pu constater, de l'intérieur, à quel point les impératifs de rentabilité l'emportent sur le bien-être des assuréEs, qui paient pourtant le gros prix en pensant obtenir une protection adéquate. La première raconte qu'en appliquant à la lettre les politiques de l'entreprise pour laquelle elle œuvrait, elle a refusé les demandes d'indemnisation de plusieurs milliers de clients pour des traitements qui, de sa propre opinion, étaient pourtant justifiés d'un point de vue médical. Celle qui dit avoir des centaines de morts sur la conscience explique que les médecins chargéEs d'analyser (et de rejeter, autant que possible) les demandes des assuréEs reçoivent des bonis de performance, selon les "économies" dont ils et elles réussissent à faire bénéficier leur employeur. Dans son cas, son "excellent rendement" lui a valu de gravir rapidement les échelons et d'obtenir un poste cadre "avec un salaire dans les six chiffres" -- sans compter les bonis.
L'ex-enquêteur d'une autre compagnie d'assurance raconte quant à lui avoir été chargé de débusquer les soi-disant "fausses déclarations" faites par les assuréEs au moment où ils et elles ont souscrit leur police. C'est que les assureurs dressent en effet une liste de maladies -- voire de simples symptômes -- dont les porteurs se voient automatiquement excluEs de toute couverture. Dans son cas, la liste remplissait un document de 37 pages... L'idée, c'est que les compagnies d'assurance ne font jamais enquête lorsque quelqu'un souhaite acheter une couverture: elles sont alors bien trop contentes d'encaisser les primes que versent ces nouveaux clients. Ce n'est que lorsqu'unE assuréE tombe malade (ou subit un accident) et présente une demande d'indemnisation que l'enquêteur entre en scène, en utilisant des méthodes qui, selon l'ex-enquêteur qui témoigne dans le film de Moore, s'apparentent aux méthodes d'investigation en matière criminelle. En gros, il s'agit de tout mettre en œuvre pour dénicher un motif qui justifiera de ne pas indemniser la victime (ex.: celle-ci souffre d'un cancer du poumon mais elle n'a pas déclaré, quand elle s'est assuré, qu'elle avait déjà subi une fracture du tibia étant adolescente; or, selon les termes du contrat -- évidemment écrits en caractères si petits qu'ils sont pratiquement illisibles -- l'omission de déclarer quelque passé médical donne le droit à l'assureur de résilier unilatéralement le contrat; ainsi, l'assureur refusera de payer les traitements requis pour soigner l'assuréE!). Le pire, c'est qu'une fois que l'assuréE aura réussi à passer à travers les mailles du filet, il lui restera encore à obtenir l'approbation du médecin de l'assureur, qui jugera de la pertinence du traitement selon les "critères" (i.e. les économies à réaliser) évoqués plus haut...
Non seulement Sicko illustre-t-il les profondes injustices causées par ce système, mais il pointe également la responsabilité du gouvernement des États-Unis, ainsi que les liens étroits qui unissent la "classe politique" de ce pays aux grands bonzes des compagnies d'assurance, aux propriétaires des hôpitaux et cliniques privéEs, de même qu'aux puissantes compagnies pharmaceutiques. Il présente ainsi le cas d'un membre du Congrès, Billy Tauzin, devenu P.D.G. de la firme PhRMA (pour un salaire annuel de deux millions de dollars!) après qu'il eut fait adopter un projet de loi favorisant les pharmaceutiques... Contrairement à l'habitude, Michael Moore ne fait pas que cibler les républicains et les membres de l'administration Bush: il "ramasse" également la démocrate Hilary Clinton, dont les velléités de réforme du système de santé états-unien, qu'elle affichait haut et fort lorsqu'elle est devenue première dame des États-Unis, se sont rapidement estompées au fur et à mesure où ses propres ambitions politiques ont pris le dessus (et où ses coffres électoraux se sont vus garnis par les généreuses contributions des compagnies d'assurance...).
Moore plaide donc pour la mise en place d'un système de santé public, incluant une couverture universelle pour chaque citoyenNE des États-Unis. Son film présente dans l'ensemble un plaidoyer assez vibrant contre un système proprement inhumain, basé essentiellement sur la recherche du profit maximum. Le cinéaste s'appuie toutefois lourdement sur les systèmes de santé canadien, français, britannique et cubain, qu'il présente indistinctement comme ayant un caractère public et qu'il compare avantageusement au système américain.
Selon sa méthode habituelle, que deux documentaristes canadienNEs ont récemment feint de "découvrir" mais qui a marqué de tout temps l'œuvre de Moore, le cinéaste fait preuve de raccourcis parfois grossiers pour convaincre de la justesse de son propos. Ses dénigreurs, de ce côté-ci de la frontière, n'ont d'ailleurs pas manqué de souligner le léger travestissement de la réalité auquel il se livre (sic) lorsqu'il laisse entendre "qu'on n'attend jamais plus de 45 minutes dans les urgences des hôpitaux canadiens"...
Ceux et celles qui défendent la "méthode Moore" soutiennent que le cinéaste n'a pas le choix d'utiliser ces armes que sont la démagogie, le sensationnalisme et la provocation pour rejoindre un public habitué à ne réagir qu'à cela... On voudrait bien leur donner raison, mais le problème est plus profond.
Malgré toutes ses bonnes intentions et l'impact souvent positif de son œuvre, Michael Moore reste englué dans ses illusions, qu'il charrie d'ailleurs abondamment, sur le "patriotisme" et les "valeurs américaines", et sur la possibilité d'en arriver à un "capitalisme bon et soucieux du bien commun". Il s'appuie, dans Sicko, sur les propos lénifiants de l'ex-député travailliste britannique Tony Benn, selon qui les problèmes causés par les "excès" du capitalisme seront résolus par "l'élargissement de la démocratie" ("si tous les pauvres se donnaient la peine d'aller voter, les riches ne pourraient plus gouverner comme bon leur semble").
Michael Moore a certes raison d'affirmer qu'un système de santé basé sur les intérêts privés ne pourra jamais assurer le droit à la santé pour l'ensemble de la population: il le démontre d'ailleurs avec éloquence. Mais il n'est pas dit, pour autant, que le caractère public du système de santé en soit garant lui non plus. Dans le cadre du capitalisme, la propriété publique reste soumise aux contraintes du marché et de la rentabilité du capital. Ce n'est donc pas tant le caractère public ou privé du système de santé qui sera, à cet égard, le plus déterminant, mais de savoir à quel type d'État on a affaire: un État bourgeois, qui vise à pérenniser la dictature du capital, ou un État prolétarien qui s'appuie en tout premier lieu sur le principe de "servir le peuple", comme ce fut le cas en Chine à l'époque de Mao (nous reviendrons d'ailleurs sur la question de la santé en Chine dans notre prochain numéro).
Néanmoins, on peut croire que Sicko fera œuvre utile, ne serait-ce que parce qu'il contribuera à éveiller le sentiment de révolte qui anime bien des gens, mais qui demeure trop souvent endormi. Car à moins d'être totalement blasé ou gagné aux "vertus" du capitalisme, quiconque verra ce film ne pourra faire autrement qu'en sortir en ayant le goût de se battre encore plus contre le capitalisme, et pour un système dans lequel l'être humain sera désormais considéré pour ce qu'il est, et non plus pour ce qu'il a dans les poches!
--
Article paru dans Arsenal-express, nº 146, le 8 juillet 2007.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
rosabelle



Féminin
Nombre de messages : 202
Age : 61
Localisation : Paris
Date d'inscription : 05/12/2006

MessageSujet: Re: Assurances maladie et diversités nationales...   Mar 10 Juil - 8:10

bonjour Filouchet,
merci pour ce très intéressant article, qui donne malheureusement une fois de plus envie de douter de l'espèce humaine.
Enfin, comme nous faisons (je dis "nous", mais à mon corps plus que défendant) tout ce qu'il faut pour mourir rapidement dans nos déchets et notre pollution , ce type de pratique immorale ne m'étonne pas plus que cela. Enfin, c'est quand même nettement pire que ce que je pensais, bien que ce que nous fait connaître Benoît du système canadien est plutôt édifiant.
Amitiés,
Isabelle
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
nikriz21



Féminin
Nombre de messages : 109
Age : 67
Localisation : Vienne (Autriche)
Date d'inscription : 20/07/2007

MessageSujet: assurances maladie et diversités nationales   Mer 25 Juil - 19:53

bonsoir Filouchet,
l'article cité est effectivement très intéressant, et ces histoires terribles ne ne peuvent que nous conforter dans la nécessité d'une couverture sociale universelle.
La question est bien, comme le précise la fin de l'article, de savoir quelles priorités définit l'Etat dans sa politique de santé; mais je doute qu'il suffise qu'un Etat se déclare "au service du peuple" pour que tout le monde ait le même accès aux soins, et l'assurance qu'il bénéficiera des meilleures thérapies possibles. Avant la chute du régime communiste en Tchéquie, nous avons parlé avec des amis médecins, en particulier un responsable régional chargé de la répartition des crédits affectés aux soins lourds. Il était obligé de faire des choix déchirants, et, en ce qui concerne les thérapies anticancéreuses, elles étaient accordées en priorité aux plus jeunes, les personnes agées abandonnées à leur sort.Médecine gratuite pour tous, oui, mais sans moyens... Qui pouvait se procurer un médicament non fourni par le système de soins, grâce à des connections (politiques, famille à l'étranger) était automatiquement privilégié, et je doute que l'inégalité face aux soins puisse être complètement éradiquée.
Le scandale américain est avant tout celui d'un pays, qui, tout en étant l'un des plus riches du monde (du moins en termes de richesse globale), refuse de prendre les mesures permettant de satisfaire les besoins vitaux de tous les membres de sa société (ce qui est, je crois, la définition retenue par l'ONU pour le développement....)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Filouchet



Masculin
Nombre de messages : 240
Age : 58
Localisation : France-Ile de France-Montreuil
Date d'inscription : 12/04/2007

MessageSujet: Re: Assurances maladie et diversités nationales...   Mer 25 Juil - 23:19

Oui, Nikriz, c'est un article, et sans doute aussi un film, intéressant dans les faits présentés et la problématique posé. En même temps, il faut être conscient de la source -Arsenal Express- que je ne connaissais pas mais qui est un journal trés "à gauche" de la gauche et le metteur en scène Michael Moore, auteur de nombreux films heureusement polémiques mais qui, pour cela, ont parfois tendance à faire dans le caricatural, voire dans ce que certains trouvent être une forme de manipulation...
Donc à lire et à voir en connaissance de cause...
Mais même si la dénonciation, écrite et filmée, est un peu radicale, elle porte sur un vrai sujet: entre les deux extrêmes, ceux qui ont tout mais ne redistribue pas grand chose (type USA) et ceux qui distribuent généreusement ce qu'ils n'ont pas ou plus (type ex-URSS), entre l'idée utopique de faire disparaitre toutes inégalités et celle, follement sotte, de penser qu'on peut vivre longtemps tranquille en gachant du superflu qui serait vital à d'autres, il faut trouver des chemins médians... mais l'équilibre est le résultat passager plus ou moins constant entre deux périodes de déséquilibre... et la vie est dans le mouvement soit des ensembles de déséquilibres qui s'équilibrent constamment... (ouh là là, je commence à fatiguer, moi!scratch )
C'est une conclusion un peu... normande Laughing , car il ne peut y avoir de point final à ce type de réflexion... en tout cas pas maintenant à 1h15 après une bonne soirée gastronomique entre amis...bounce drunken je vais me coucher... soyez indulgents Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Assurances maladie et diversités nationales...   Aujourd'hui à 14:12

Revenir en haut Aller en bas
 
Assurances maladie et diversités nationales...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» la maladie génétique de ma fille !
» Maladie Méconnue : Déficit ALPHA1 ANTITRYPSINE
» 3 formes de remède pratiqué par le Prophète pour la maladie
» Mal et maladie
» La foi une maladie mentale

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Tout sur le Nexavar et le Sutent et autres Traitements :: Forum de discussion :: DIVERS-
Sauter vers: